frelon
frelon
frelon
frelon
frelon
frelon
frelon
frelon

Nom Latin: Vespa crabro

Description :

La plupart des espèces de frelons se retrouve en asie ou dans les pays chauds, mais on en retrouve quelques espèces au québec.

 Le frelon est l’espèce la plus grande de la famille des guèpes mais les plus gros individus d’ici ne dépassent jamais les 28 mm, et seule la reine peut être plus grande avec 35mm.

 Il ressemble à la guèpe jaune très commune mais il a un thorax plus rond et est est plutot noir avec des traces de jaune. Il a aussi des ailes plus longues.

 Son corps semble être recouvert de petits poils.

 Il possède un dard pour injecter du poison mais on lui prête une réputation plus terrible qu’il ne l’est vraiment.

 La tradition qui dit que le frelon donne une piqûre terriblement douloureuse est en fait fausse puisque son venin est moins puissant que celui de l’abeille. Par contre, comme la guèpe jaune, il ne perd pas son dard lorsqu’il pique et peut repiquer la même proie à plusieurs reprises.

 Ce sont de grands chasseurs d’insectes et ils sont beaucoup plus utiles que nuisibles.

 En règle générale ils sont pacifiques et si vous n’interrompez pas leur vol ou vous ne faites pas de mouvements brusques ou de bruits secs à côté de lui, il vous laissera tranquille.

 Il faut quand même faire attention car ils vont défendre leur nid si vous vous en approchez à deux ou trois mètres.

Reproduction:

Au printemps, la reine fécondée, qui avait passé l’hiver dans la terre ou une fissure d’arbre sort de son hibernation et part en recherche d’un endroit pour installer un nouveau nid.

 Elle cherche habituellement un endroit à l’abri comme un trou dans un arbre ou des corniches ou des toitures de granges.

 Quand elle trouve le bon endroit elle construit un petit pédoncule bien accroché sur lequel elle va construire une cinquantaine d’alvéoles . Elle va y déposer des oeufs et 5 à 8 jours plus tard, les premières larves vont apparaitre.

 Penadant les 12-15 jours suivant la reine va les nourir pendant qu’elles se tissent un cocon pour franchir leurs 5 stades larvaires.

 Quand les 8 ou 10 premières ouvrières sortent de leur cocon, elles prennent 2 ou 3 jours pour s’envoler et la construction du nid commence.

 Elles vont chercher du bois pour construire un nid en papier mâché avec leur salive et le travail se fait même la nuit.

 Parallèlement la colonie grandit et quand le nid comprend une trentaine d’individus ( au début de l’été) il atteint sa limite et la colonie déménage pour construire un plus grand nid.

 Vers la fin aout, le nid est à capacité maximale et peut contenir 400 à 700 individus et le nid peut faire jusqu’à 60 cm de haut.

 Vers la mi septembre, la reine a pondu de nouvelles femelles sexuées et des mâles et les ouvrières cessent de la nourir pour s’occuper des nouveaux enfants  »royaux ». Pendant les mois qui suivent la reine va mourir, les jeunes reines vont s’envoler, se faire féconder par les mâles et aller se trouver une cachette bien isolée du froid pour passer l’hiver.

Habitudes:

Les frelons sont les rapaces du monde des insectes, les ouvrières chassent les insectes jour et nuit pour ramener des boulettes de  »viande » au nid pour nourir la reine et les larves.

 Une colonie assez importante doit recevoir à peu près un demi kilo d’insectes par jour pour se nourir, ce qui représente la consommation journalière de 5 ou 6 familles de mésanges.

 Les ouvrières, elles, se nourissent exclusivenment de jus sucré et de sève d’arbres.

 C’est pour cela qu’on voit des frelons sur les fruits très murs tombés par terre dans les vergers.

 On leur donne mauvaise réputation comme destructeurs d’abeilles mais en fait, même si ils réussissent à en capturer pour se nourir, ils n’en tuent pas plus d’ 1% de l’essaim et le nombre de morts par pesticide ou véhicule automobile est beaucoup plus élevée.

 Prévention:

 Les frelons sont beaucoup plus pacifiques que les guèpes jaunes et ils ne vont s’énerver que si l’on menace leur nid.

 De plus, contrairement aux guèpes jaunes, ils ne sont pas du tout intéressés par le sucre que l’on retrouve sur le menu des humains donc vous n’en verrez pas tourner autour de votre table.

 Si vous êtes piqués par un frelon, sucez la ploie et refroidissez la et la doûleur va disparaitre presque immédiatement. Les réactions allergiques ne surviennent que dans 2 ou 3 % des cas.

 Naturellement si la personne a été piquée plusieurs fois, il faut consulter un médecin rapidement.

 Il n’est pas suggéré de tenter l’enlèvement d’un nid de frelons par vous-même car ils peuvent devenir très aggressifs quand on menace leur nid. Il faut un équipement spécial, surtout si le nid est installé à l’intérieur d’une structure ( toit, mur, plafond etc).

Ne prenez pas de risques inutiles, faites appel à des experts.

 
[contentblock id=contact_us]